Présentation

Carmen Strauss-Raffy est maître de conférences en sciences de l'éducation. Elle a exercé jusqu’en juin 2009 à l’Université de Strasbourg, à l'IUFM d'Alsace dans le secteur de l'Adaptation Scolaire et la Scolarisation des Elèves Handicapés (interventions pour les options D, E, F, G).
Elle a également été chargée de cours à la faculté de Psychologie et des sciences de l'Education : Eclairage de la psychanalyse dans le champ pédagogique (licence de sciences de l'éducation). Elle est chargée d’un enseignement sur l’écriture des pratiques professionnelles dans le Master Ingénierie de la formation et des compétences.
Psychologue, elle exerce aussi comme psychopédagogue au Centre Médico-Psycho-Pédagogique (CMPP) de Strasbourg.

  • Parcours professionnel centré sur la question des élèves en difficultés scolaires (enseignement en classes spécialisées à l’école élémentaire, recherches sur les causes de l’échec scolaire à l’école primaire, à l’institut des sciences de l’éducation de Tunis, pratique de rééducatrice en Réseau d'Aides aux Elèves en Difficultés Scolaires (RASED), responsabilité d’un service de psychopédagogie en CMPP).
  • Travail et publications sur les questions de la rééducation psychopédagogique.
  • Thèse : « Approche clinique du passage à l’écriture et de son accompagnement » sous la direction de Mireille Cifali (décembre 2002, Université de Genève).
  • Membre associé du Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Education et de la Communication LISEC – EA 2310, dans l’équipe Activité, travail, identités professionnelles. http://lisec.u-strasbg.fr
  • Recherche actuelle sur le thème de l’écriture sur les pratiques professionnelles. Elle prend appui sur l’analyse d’une expérience d’atelier d’écriture à propos du métier et de ses fondements, menée avec un groupe d’enseignants spécialisés des RASED (Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté). Sont étudiés les effets du travail d’écriture sur le rapport des participants à leur métier, lorsqu’ils sont invités à porter l’attention sur la dimension littéraire et sur la place du lecteur. La recherche est centrée sur la question suivante : Qu’est-ce que l’écriture à propos de son métier peut apporter à des professionnels, notamment du côté de l’identité professionnelle, de la connaissance et la lisibilité des métiers concernés, de la reconnaissance de leurs spécificités ? Au détour de cette recherche, la notion d’« école intérieure » s’impose comme un des fondements du lien de l’enseignant à son métier. Il s’agit d’une construction personnelle élaborée à partir de l’expérience des différentes dimensions du parcours scolaire ainsi que des expériences ultérieures (reprises d’études, formations, etc.), de ce qui en a été métabolisé, de ce qui reste non symbolisé. La recherche montre l’intérêt d’une conscientisation (et d’une pacification si nécessaire) de l’« école intérieure » pour tout enseignant.

Site réalisé par  ©